Le vin, boisson officielle des beaux-arts (1)

Bon, Mario, tu prends la pose et tu me fais un air mystérieux... Je sais que t'as pas l'air très naturel, mais c'est une commande hein !

Depuis bien des millénaires, la vigne et le vin suscitent un certain intérêt, et jouent un rôle important dans nos civilisations, dans l’hémisphère nord comme dans l’hémisphère sud.

Et pas que dans nos verres !… Parce que leur caractère sacré, convivial ou symbolique s’exprime, à toutes les époques, dans la mythologie, les liturgies, les fêtes païennes, la culture (littérature, chanson, art, …) pour donner naissance à des représentations aussi différentes que goûteuses.

Bacchus quand tu nous tiens !

De grands peintres, à l’image de Véronèse dans « Les noces de Cana », ont célébré le vin, chacun à leur manière : Giovanni Bellini dans la « Fête de Bacchus », Titien dans « Bacchus et Ariane », Tiziano Vecellio dans «la bacchanale à Andros », Claude Gillot dans les « Fêtes satyriques », Vermeer dans « l’Officier et la femme rieuse » ou encore « le gentilhomme et la dame buvant du vin », Philippe Mercier dans le «jeune dégustateur », Pierre Auguste Renoir dans le « déjeuner des canotiers », Gustave Caillebotte dans « les raboteurs de parquet », Raoul Dufy dans les « vendanges », … la liste est longue (et bien entendu non exhaustive) tant le vin continue à être une source d’inspiration créative, s’exprimant dans des oeuvres empreintes d’originalité et de poésie.

Dessine-moi un Mouton…

l'étiquette de la cuvée 2008 de Mouton Rothschild, illustrée par Xu Lei

En 1924, le Baron Philippe de Rotschild a l’idée d’un « mariage » unique entre artistes et vin, lorsqu’il demande à l’affichiste Jean Carlu de dessiner l’étiquette du millésime mis en bouteilles pour la première fois au Château. Ses millésimes étaient, avant cette date, vendus en barrique au négoce bordelais, qui se chargeait de la mise en bouteilles, de l’étiquetage et de la commercialisation. A la Libération, pour fêter la victoire de 1945, le Baron de Rotschild fait appel au peintre Jullian, qui s’inspire du V de la victoire. Chaque année, un artiste contemporain est alors invité à créer une oeuvre originale pour illustrer l’étiquette. Jean Carzou, Salvador Dali, Joan Miro, Chagall, Pablo Picasso, Jean Cocteau, Marie Laurencin, Léonor Fini, Georges Braque, César, Marc Chagall, Serge Poliakoff, Hans Hartung, Keith Haring, Antoni Tapies, Niky de Saint Phalle, Andy Warhol, Georg Baselitz, Paul Delvaux, Pierre Alechinsky, Pierre Soulages, Francis Bacon, Michel Bardin, Bernard Vernet, Xu Lei, … Comme vous pouvez le constater, de grands noms aux influences hétéroclites, se sont prêtés à cet exercice de style, qui consiste à s’inspirer des thèmes de la vigne, du plaisir de boire, du bélier et de la famille Rothschild. Et à les exprimer sur un format de 42/100, en échange de caisses de Mouton-Rothschild. Depuis une vingtaine d’années, la tradition se perpétue, sous l’impulsion de la Baronne Philippine. Cette collection d’étiquettes prestigieuses a même donné lieu à l’exposition « Mouton Rothschild, l’Art et l’Etiquette ». Elle est accueillie par de nombreux musées, partout dans le monde, comme les barriques du Château Puech Haut ou encore des œuvres d’art pas tout à fait comme les autres… on vous en dira bien plus la semaine prochaine.

Notre vin, boisson officielle des beaux-arts est donc à suivre…

Sophie Surrullo