Le vin, boisson officielle des beaux-arts (2)

"..et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu'amour"

S’il ne peint pas de toiles sur l’univers du vin ni d’étiquettes, Philippe Dufrenoy est un Bordelais qui peint quand même… avec du vin. Il maîtrise donc les nuances de rouge, de violet et de marron comme personne et les manie, les marie avec un brio certain. Sa technique est elle-même un savant mélange, s’inspirant de l’aquarelle, de la photo et de la musique.Etienne Meneau, lui, a choisi de sculpter… le verre, et plus particulièrement des carafes à vin, en édition limitée. Ou quand le contenant, à l’image de l’étiquette de vin et de la bouteille, se réinvente et devient tout un art.

Alain Laborde, artiste béarnais, peint des tableaux, des douelles, des culs de barrique, qui font penser à des fresques anciennes, des empreintes préhistoriques, avec leurs teintes ocres ou terre cuite, rappelant le Jurançon cher à son cœur : « le vin a un langage qui a fasciné les artistes et les poètes depuis l’Antiquité. Comme eux, j’ai voulu évoquer les rites méticuleux de la vigne et exprimer l’âme chantante de ce vin doré de Jurançon, fruit des vendanges tardives de nos coteaux ensoleillés avec lequel j’ai été baptisé, comme le veut la tradition en Béarn. Aussi, j’intègre à ma peinture un peu de la terre de ce vignoble comme hommage à ce qui me semble être la part la plus lumineuse de notre culture et de notre art de vivre. »

A découvrir la semaine prochaine : comment la barrique continue d’inspirer… et comment s’éclairer avec une bouteille de Champagne… (et ce n’est pas tout).

Sophie Surrullo